L’actu beauté : la France pourrait bientôt exporter des cosmétiques en Chine sans tester sur les animaux

L’actu beauté : la France pourrait bientôt exporter des cosmétiques en Chine sans tester sur les animaux

Bonjour ! Vous avez peut-être vu passer la nouvelle ces derniers jours : selon la Fébéa (la fédération qui représente les entreprises de la beauté en France), la France va probablement pouvoir se passer de test sur les animaux pour exporter ses produits de beauté en Chine. Vous l’avez donc deviné, aujourd’hui on va parler réglementation mais promis je vais essayer de rendre ça pédagogique !

Le contexte

Vous le savez sans doute, si une marque de cosmétiques veut vendre en Chine, elle doit répondre à plusieurs critères drastiques. En plus de déposer un dossier administratif conséquent, elle doit révéler la composition de ses produits. La Chine a une liste de quelque 9000 ingrédients autorisés (il est toujours possible de déposer un dossier pour un produit contenant un ingrédient inédit mais il aura des risques élevés de voir sa procédure bloquée). Ces derniers doivent aussi être testés sur les animaux avant leur mise sur le marché. C’est donc un gros point noir pour les marques revendiquant une image cruelty-free. De manière générale, c’est un sujet sensible pour les consommateurs qui n’hésitent pas à boycotter une marque s’ils apprenaient qu’elle vendait en Chine, et donc testait sur les animaux.

Pourquoi c’est aussi compliqué

Cette procédure, qui implique aussi le fait de s’associer avec un partenaire chinois, est très coûteuse, puisque le dépôt du dossier et tous les tests qui en découlent sont facturés à la marque. J’avais fait des recherches pour un article sur ce même sujet il y a quelques années, et l’un de mes interlocuteurs m’avait expliqué que c’était probablement une forme de protectionnisme de la part de la Chine, de sorte à limiter le nombre de marques étrangères et favoriser la consommation de produits locaux.

Et sur Internet ?

Voilà pour la procédure (très grossièrement résumée) si vous êtes une marque et que vous souhaitez commercialiser vos produits de beauté dans des boutiques physiques en Chine. Mais il existe aussi une manière de contourner ce système, de manière tout à fait légale bien sûr, et ce, via le cross-border. Si vous n’êtes pas familier avec ce terme, il s’agit tout simplement de plateformes Internet qui vendent à destination de clients qui se situent dans un autre pays que celui du site en question. Par exemple, si vous commandez des vêtements sur le site ASOS alors que vous vivez en France, vous faites du cross-border sans le savoir ! Concernant la Chine, parmi les sites les plus connus, on peut citer Alibaba et Tmall, deux poids lourds du web qui génèrent des milliards d’euros de ventes tous les ans.

Ce qui va (probablement) changer

Selon la Fébéa, la France et la Chine auraient trouvé un terrain d’entente pour se passer de test sur les animaux concernant la catégorie des produits ordinaires (par exemple, le maquillage, les shampoings et les gels douche, mais pas les protections solaires). L’alternative consisterait à présenter un certificat de conformité aux bonnes pratiques de fabrication ainsi qu’une évaluation de la sécurité, délivrés en France par l’ANSM (l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). J’emploie le conditionnel parce que cette évolution est soumise à l’approbation officielle de la Chine qui devrait arriver (ou non) au printemps. Mais les lignes semblent bouger depuis plusieurs années et ce, dans le bon sens, donc nous ne pouvons qu’espérer une issue favorable prochainement !

Mes trois destinations beauté préférées à Paris

Mes trois destinations beauté préférées à Paris

Bonjour ! Dans cet article, vous ne trouverez aucune mention du Sephora des Champs-Elysées ou encore de la désormais célèbre parapharmacie rue du Four à Saint-Germain des Prés. Bien que ce soit des adresses incontournables pour tout amateur de produits de beauté de passage à Paris, je préfère aujourd’hui me concentrer sur des destinations, non pas plus confidentielles car elles sont assez connues, mais que j’affectionne particulièrement parce que j’en ressors toujours satisfaite.

Pour la sélection pointue : Le Bon Marché Rive Gauche

Crédit photo : Le Bon Marché

Déjà, c’est mon grand magasin préféré. Pour son histoire, son architecture mais aussi parce qu’il est, j’ai l’impression, moins couru que les autres. L’ambiance y est généralement moins frénétique et moins bruyante, ce qui permet de flâner en toute tranquillité. Concernant la beauté plus précisément, c’est le grand magasin qui, dans sa sélection de produits et de marque, innove le plus, dans le sens où l’on sent une réelle volonté de coller au plus près des tendances. On y retrouve bien sûr les marques les plus iconiques, mais elles sont complétées par une sélection, d’un part plus pointue (on y retrouve ainsi la très confidentielle Biologique Recherche, ainsi que plusieurs signatures de la parfumerie de niche) et d’autre part, plus jeune avec quelques marques indépendantes et prometteuses comme La Bouche Rouge.

La beauté est disséminée dans plusieurs espaces du Bon Marché, dont le plus connu et le plus visible est au rez-de-chaussée sous les magnifiques verrières Art Déco, où se trouve une sélection de marques de soin et de parfum. A l’étage, au coeur de la Mode Femme, se trouvent l’espace le plus récent, l’Atelier Maquillage qui propose une offre plutôt chouette (Laura Mercier, Nars, Bobbi Brown, etc) complétée par plusieurs services (massage, sourcils) tandis que le Loft de la beauté se présente comme un laboratoire de tendances en perpétuelle évolution. Il mêle cosmétique naturelle et technologie de pointe, avec une offre dans l’air du temps comme les outils de massage et les compléments alimentaires.

Le Bon Marché Rive Gauche, 24 rue de Sèvres, 75007 Paris

Pour le conseil de qualité : Oh My Cream

Crédit photo : Oh My Cream

Au lancement de Oh My Cream !, j’ai trouvé le concept fabuleux parce qu’il n’existait rien de tel dans le paysage de la beauté en France. A l’époque, la “clean beauty”, même si le terme est aujourd’hui discutable, n’était pas encore la tendance majeure qu’elle représente aujourd’hui, et surtout les parfumeries et les grands magasins régnaient en maître sur le marché de la beauté. L’enseigne a donc apporté à mon sens un vent de fraîcheur sur la cosmétique, à la fois dans son offre avec des marques peu connues du grand public et dans son conseil. Aujourd’hui, certaines de ces petites pépites confidentielles sont devenues célèbres et désormais vendues en parfumeries. Mais ce qui fait toujours la force de OMC, c’est qu’elle ne ressemble à aucune autre enseigne beauté. Ici, pas de musique à fond ni de parfum qui sent à des kilomètres : l’espace, même s’il est petit, est bien agencé et tous les produits sont impeccablement disposés. Inutile de dire qu’ils donnent tous envie. On y est toujours très bien accueillis et conseillés. Ce que j’aime particulièrement, c’est l’impression que la conseillère est réellement à l’écoute. Chez OMC, je n’ai jamais été poussée à l’achat mais on incite plutôt à la découverte, grâce aux échantillons offerts qui correspondent à nos envies ou nos besoins. Bref, c’est une enseigne qui a ma confiance, c’est assez rare pour être souligné ! Les boutiques (pas toutes je crois, mais la plupart) ont aussi des cabines de soin, c’est une expérience qui est sur ma wishlist depuis longtemps.

Oh My Cream, 104 rue du Bac, 75007 Paris – il s’agit de ma boutique préférée, retrouvez ici la liste complète des adresses Oh My Cream à Paris et en région

Pour une parenthèse de relaxation : Spa Nuxe Montorgueil

Crédit photo : Nuxe

Ce ne sont pas les instituts de beauté qui manquent à Paris. Il y en a des bien plus chers, et peut-être plus qualitatifs, mais j’ai choisi de parler du Spa Nuxe pour son rapport qualité/prix particulièrement intéressant. La carte des soins est large, on peut se faire chouchouter de la tête aux pieds et on y trouve notamment des massages qui conviennent aux femmes enceintes. L’adresse est on ne peut plus centrale, rue Montorgueil dans le premier arrondissement, mais pour autant, comme les cabines de soin sont situées en sous-sol, sous de belles voûtes en pierre, les bruits de la ville disparaissent complètement pour laisser place à un véritable havre de paix.

J’y suis allée la première fois grâce à un cadeau d’anniversaire pour un soin corps de plus d’une heure qui m’a laissé un souvenir tellement exquis… que j’ai demandé à mes proches un deuxième bon à l’anniversaire suivant. J’ai aimé la quiétude des lieux, la cabine confortable et propre qui comporte une cabine de douche, mais surtout les mains expertes de l’esthéticienne qui s’adapte à vos besoins, vos envies et même vos prédispositions médicales si vous en avez, grâce au questionnaire que l’on remplit en arrivant. Pour résumer, c’est une superbe idée cadeau à offrir ou à s’offrir. Côté prix, comptez entre 60 euros pour 30 minutes de soin (massage pieds, tête ou dos, ou gommage corps) et 340 euros la prestation 1h45 en duo (catalogue de soins complet ici).

Spa Nuxe Montorgueil, 32 rue Montorgueil, 75001 Paris

N’hésitez pas à partager vos adresses préférées, à Paris et ailleurs, en commentaires !

Les marques que je veux tester en 2021

Les marques que je veux tester en 2021

Elles s’appellent Paula’s Choice, Biologique Recherche, Hermès, La Bouche Rouge et Krave Beauty, et ce sont les marques que je veux essayer cette année ! Je vous explique pourquoi elles m’intriguent et les produits qui me font de l’oeil dans cet article.

Paula’s Choice

Je connais la marque de nom depuis plusieurs années, mais allez savoir pourquoi, je ne me suis jamais penché dessus ! La faute peut-être à des packagings trop sobres qui ne restent pas en mémoire… Pourtant, je tombe régulièrement sur des revues positives et il semble qu’elle soit une des marques favorites des « skinfluencers ». La créatrice Paula Begoun semble en connaître un rayon sur les cosmétiques puisque, de formation scientifique et bien avant de lancer sa marque en 1994, elle a écrit plus de vingt livres sur le sujet. En étudiant les engagements de la marque de plus près, je dois dire qu’ils sont plutôt prometteurs : la marque de soins prône en effet une grande efficacité combinée à des compositions minimalistes, et sans agent potentiellement irritant comme l’alcool ou le parfum. Je ne crois pas qu’elle soit bio, mais la marque semble tirer le meilleur de la chimie. Certains de ses produits sont d’ailleurs nommés d’après l’actif phare qu’il contient comme le 10% Niacinamide Booster. Son positionnement me fait penser à une marque que j’affectionne particulièrement, The Ordinary, qui m’a séduite pour l’efficacité de ses produits mais aussi son positionnement petit prix. A voir donc si Paula’s Choice proposera une satisfaction à la hauteur du coût, plus élevé, de ses produits !

Crédit photo : Paula’s Choice

Le produit qui me fait de l’oeil : L’apparence des pores étant l’une de mes préoccupations principales, je suis toujours à la recherche du Graal qui atténuera leur taille tout en favorisant l’élimination des points noirs. Pour l’instant, je n’ai toujours pas trouvé de produit miracle. C’est la raison pour laquelle le Sérum Antioxidant Pore Purifier de Paula’s Choice me tente particulièrement. En plus d’ingrédients connus pour lutter contre le stress oxydatif et préserver la jeunesse de la peau comme le thé vert et le ginseng, il contient de l’acide salicylique (aussi connu sous le nom de BHA) pour affiner le grain de peau.

Sérum Antioxidant Pore Purifier de Paula’s Choice, 35 euros les 30 ml, sur le site de la marque

Biologique Recherche

Toujours côté soin, voici une marque qui me fait de l’oeil depuis des années et dont j’entends parler de temps à autres. Pour autant, comparé à ses concurrentes, elle reste relativement confidentielle. Chez Biologique Recherche, j’ai l’impression qu’il n’y a ni publicité ni collaboration avec des influenceurs. C’est un choix marketing assez étonnant de nos jours mais je dois dire que sa dimension un peu secrète me donne encore plus envie de tester cette marque de soins hyper pointue et technique. C’est peut-être naïf mais sans vaste plan de communication autour d’elle, j’ai l’impression que la marque investit réellement dans la recherche et le développement ainsi que dans la qualité de ses ingrédients, et non pas dans des frais marketing. Ce qui m’a empêché jusqu’à présent de craquer, c’est le prix élevé de ses produits. Mais mon amie Mariel, qui tient le blog et la chaîne Youtube Le Blog de Néroli, a récemment testé le diagnostic de peau en ligne (un service gratuit qui permet de converser avec une conseillère à distance pour recevoir des conseils et des recommandations de produits) et le récit de son expérience m’a remis la marque en tête. En plus de ses produits, la marque propose aussi des soins en cabine, dans un réseau d’hôtels de luxe et à l’Ambassade Biologique Recherche sur les Champs-Elysées à Paris (c’est d’ailleurs un de mes rêves de m’y faire chouchouter !). Comptez 100 euros les 45 min de soin visage sur-mesure (la carte complète des soins est à retrouver ici).

Crédit photo : Biologique Recherche

Le produit qui me fait de l’oeil : Comme je l’ai expliqué ci-dessus, je suis légèrement obsédée par la taille de mes pores et le grain de ma peau (team peau mixte et pores dilatés…) et quand je découvre une marque, je suis donc souvent attirée par les produits qui ciblent ces problématiques. Ca tombe bien ici, puisque l’un des best-sellers est la Lotion P50 de Biologique Recherche ! Il s’agit d’une lotion douce exfoliante à appliquer en première étape de soin après le nettoyage. Elle contient plusieurs acides (AHA, BHA, PHA) pour une action exfoliante complète qui unifie le teint. Pour les peaux sensibles, il existe une version plus light baptisée Lotion P50W et une autre pour peaux matures, P50V.

Lotion P50 de Biologique Recherche, 51 euros les 150 ml (source : le blog BTY ALY), la marque est si confidentielle qu’elle n’a pas d’e-shop mais la liste des revendeurs (instituts et grands magasins) est disponible sur le site de la marque

Krave Beauty

Enfin, la dernière marque de soins que j’ai repérée récemment sur Instagram s’appelle Krave Beauty et nous vient tout droit de Corée. C’est un pays que j’affectionne particulièrement depuis mon superbe voyage à Séoul en 2016 et la réputation des cosmétiques coréens n’est plus à faire. Fait étonnant : la jeune marque a été créée par une influenceuse qui s’appelle Liah Yoo. Je suis rarement intéressée par les influenceuses qui lancent leur propre marque mais le discours de celle-ci me parle. Krave Beauty semble revenir aux fondamentaux du soin de la peau, avec une gamme courte de basiques faciles à comprendre qui font leur job sans superflu. Il n’y a que cinq produits à l’heure actuelle, ce qui suffit à créer une routine complète, et ils ne contiennent pas de parfum ni de colorant. Le nom des produits fait écho aux actifs utilisés par Krave Beauty, comme le Matcha Hemp Hydrating Cleanser qui contient 40% de matcha.

Crédit photo : Krave Beauty

Le produit qui me fait de l’oeil : Etant donné que j’ai la peau mixte, je suis friande de soins hydratants et nourrissants qui ne laissent pas de film gras et qui restent légers sur la peau. J’ai donc repéré la crème Oat so simple water cream de Krave Beauty dont la promesse est d’être aussi légère que l’eau !

Oat so simple water cream de Krave Beauty, 28 dollars les 80 ml, la marque ne dispose pas encore d’e-shop français mais elle est vendue sur des sites spécialisés comme Style Vana et Joom (site officiel de Krave Beauty par ici)

Hermès Beauté

Inutile de vous présenter ce fleuron du luxe à la française, mais saviez-vous que la maison Hermès a ajouté une nouvelle corde à son arc l’an dernier ? Après le parfum, la marque s’est lancée dans la beauté, avec une première gamme de rouges à lèvres baptisée sobrement Rouge Hermès. La collection comprend actuellement 24 teintes déclinées en deux finis (mat et satiné), dont certains noms font bien sûr écho à l’héritage de la marque Hermès comme Rouge H et Orange Boîte. Le packaging, qui est rechargeable, est en métal laqué. J’ai lu certains avis qui le trouvaient vieillot. Moi, je le trouve audacieux. Certaines associations de couleurs sont à mon sens plus réussies que d’autres mais je crois qu’il faut souligner l’audace d’une marque de luxe qui a toujours été à part et qui a pris le risque de s’éloigner du noir, couleur de la cosmétique de luxe par excellence !

Crédit photo : Hermès

Le produit qui me fait de l’oeil : Ceux qui me connaissent savent que je collectionne les rouges à lèvres rouges pas discrets pour un sou. Sans surprise, c’est donc la teinte Rouge Casaque en fini mat qui m’a tout de suite tapé dans l’oeil. La marque décrit la teinte comme “un rouge de caractère, dense et éclatant”. Tout ce que j’aime !

Rouge à lèvres Rouge Hermès teinte Rouge Casaque, 64 euros (39 euros la recharge seule), en boutiques et sur l’e-shop Hermès

La Bouche Rouge

Et enfin, la dernière marque sur laquelle je vais peut-être craquer cette année s’appelle La Bouche Rouge. Je lui ai d’ailleurs consacré un post sur ma page Instagram récemment. Relativement confidentielle, elle mérite pourtant d’être davantage connue. Et vous allez le voir, elle a quelques points communs avec la marque qui la précède ! En effet, comme Hermès, elle propose des rouges à lèvres haut de gamme et rechargeables. La Bouche Rouge, qui vend aussi depuis peu des produits pour le teint et les yeux, se veut naturelle et transparente. Ses rouges à lèvres présentent une composition naturelle à 99% et proposent aussi une action soin grâce à la présence d’acide hyaluronique. Le packaging est lui aussi tout aussi réussi : en plus d’être rechargeable, il ne contient aucun plastique. L’écrin est vendu avec un fourreau en cuir upcyclé, c’est-à-dire que les chutes de cuir, qui ont servi par exemple à fabriquer un sac à main, sont valorisées et au lieu d’être jetées, trouvent une deuxième vie en habillant ces rouges à lèvres. Ce n’est pas n’importe quel cuir, puisqu’il provient des Tanneries du Puy, une entreprise française qui a été rachetée par… Hermès. C’est donc vous dire la qualité de la matière…

Crédit photo : La Bouche Rouge

Le produit qui me fait de l’oeil : Je dois saluer la prouesse d’une nouveauté de la marque, le Sérum noir qui est un mascara en verre (lui aussi est sans plastique, même la brosse !) mais je suis personnellement plus tentée par l’un des rouges à lèvres de la marque, le Rouge Vendôme, “un vrai rouge flamboyant” selon La Bouche Rouge.

Rouge à lèvres La Bouche Rouge, 104 euros (39 euros la recharge seule), sur le site de la marque et au Bon Marché

J’espère que vous avez apprécié la lecture de cet article, n’hésitez pas à partager en commentaires les marques qui vous tentent !